Église de Saignes : construction d’une chapelle latérale en 1750

L’église Sainte-Croix de Saignes, XIIe siècle. La chapelle de 1750 se devine à droite.

Un document tout fraîchement exhumé permet de résoudre l’un des nombreux petits mystères de l’église Sainte-Croix (anciennement Saint-André) de Saignes, édifice auquel j’ai consacré une brochure parue en 20141. L’occasion nous est donnée de mettre à jour notre recherche et de révéler quelques aspects du travail des maçons au milieu du XVIIIe siècle. Nous devons ici remercier les infatigables généalogistes d’Aprogemere, association amie, qui ont bien voulu nous transmettre cette trouvaille conservée aux archives départementales sous la cote 3 E 279-476. Il s’agit en réalité de deux documents consécutifs, le premier de juillet 1750, qui décide la construction d’une nouvelle chapelle latérale dans l’église de Saignes, le second, postérieur d’un an, qui prévoit la commande pour cette chapelle d’un retable et d’un tableau.
Les deux chapelles latérales de Saignes sont atypiques à bien des égards. Tandis que la plupart des églises romanes ont reçu l’adjonction de chapelles latérales à l’époque gothique, Saignes a dû attendre le XVIIe siècle pour voir apparaître une première chapelle, au nord, et l’année 1750 pour que son pendant soit construit au sud, comme nous l’apprend ce document. La chapelle nord est précisément datée par un document de 1624 que nous avons publié. La chapelle sud posait problème : René de Ribier, puis son fils Louis, la dataient de 1637, sur la base de documents que nous avions quant à nous jugés « pas si explicites »2.

Plan de l’église

D’autre part, une notice de l’Inventaire général (Base Mérimée, IA15000210) évoquait la construction de cette chapelle sud en 1750, sans donner malheureusement de référence. Notre document inédit vient apporter sur ce point la confirmation qui manquait. On peut sans doute expliquer la construction tardive des chapelles par deux faits conjoints, d’une part la faiblesse démographique qui a toujours été celle de Saignes (ce qui rend compte des dimensions réduites de l’église et de ses très modestes agrandissements), d’autre part le relatif désintérêt des seigneurs locaux pour le bourg, quitté par les comtours de Saignes dès le XIIIe siècle. Or les chapelles latérales ont d’abord été des projets seigneuriaux.

 

Vue sur l’intérieur de la chapelle, à droite, percée sous l’arcade romane.

Voici ce que nous apprennent ces documents. Le 5 juillet 1750, à dix heures du matin, sur la place de Saignes alors largement occupée par une halle au blé construite en 1573, les « principaux et notables habitants » se réunissent sous l’égide du curé Gabriel Raymond, qui leur fait valoir qu’il reste « quelques fonds au coffre de la fabrique »3 et que l’on pourrait « parvenir à la construction d’une chapelle déjà commencée et dédiée au glorieux saint Roch patron de ladite paroisse ». Sont présents, notamment, Joseph Fouilhoux, bailli de la comté, Mathieu Fouilhoux, docteur en médecine, Jacques Chastanion, François d’Olivier, marguilliers4, Pierre et Joseph Chavialle, Michel Léger, Pierre Malgua, Pierre Loches, Léger Chadefaux, qui approuvent la proposition et présentent le projet à Pierre Védrines, maître maçon du village de La Grange, paroisse de Chastel-Marlhac (aujourd’hui Le Monteil). Celui-ci « s’oblige à la construction de ladite chapelle de Saint Roch du côté de la droite en entrant dans l’église ». Suit la description du programme, où l’on apprend que le maçon devra s’inspirer de la chapelle collatérale (construite plus de cent ans auparavant), faire une fenêtre de deux pieds de large et d’une hauteur de cinq pieds au moins, « en pierre de taille tant au dehors qu’au dedans », construire des arceaux « qui porteront en croix la voûte aussi en pierre de taille bien façonnée et saillant suffisamment pour porter la voûte », laquelle sera couronnée par une « clé pendante aussi saillante ». Le même Védrines est également chargé de refaire « l’arbre de la croix » de la place (le fût ?) en une seule pierre.

 

Signatures au bas du document des principaux notables de Saignes en 1750.

 

Tous les matériaux devaient être fournis à pied d’œuvre par les habitants et marguilliers, le maçon recevant trois cents cinq livres de salaire (il est en outre nourri durant le travail de réfection de la croix). Le document précise enfin que la demoiselle Béal, veuve du sieur de Ribier, possède un banc à l’entrée de la chapelle que l’on veut construire. Aussi, on lui demande de « justifier du titre en vertu duquel elle jouit de ce banc », la prévenant qu’autrement celui-ci sera mis dehors ! Les familles de notables possédaient en effet leur propre banc dans l’église, mais l’on voit ici comment l’on profite de la construction pour tenter d’expulser d’anciens ayants droit et sans doute créer de nouveaux privilèges.

Un an plus tard, le 18 juillet 1751, un nouveau document fait état de la volonté de « parfaire » la chapelle nouvellement construite en la pourvoyant d’un retable et d’un tableau. Nous ignorons les suites de ce projet, et aujourd’hui on ne connaît aucun retable pouvant remonter à cette époque, ni aucun tableau évoquant saint Roch, titulaire de la chapelle neuve. Il existe bien une statue de saint Roch qui semble dater du XVIIIe siècle et que nous avons, ailleurs, rapprochée de la mythique Vierge noire de Mauriac, y reconnaissant le travail d’un même sculpteur5. Il s’agit là d’une grande statue accompagnée d’un saint Pierre de même taille, ce qui semblerait indiquer l’existence d’un grand retable de chœur plutôt que celui d’une chapelle latérale.

 

La chapelle sud vue de l’extérieur. Le parement visible de la place est en pierres de taille récupérées sur le mur roman nouvellement percé, tandis que la façade où s’ouvre la fenêtre est en simple blocage initialement couvert d’un enduit. Un élément roman de corniche torsadée est remployé. Les pierres saillantes, à l’arête, témoignent du projet de construction d’une autre chapelle.

 

Par où l’on voit qu’une poignée de nouveaux documents ne résout pas toujours tous les mystères. De nouveaux peuvent même apparaître à l’occasion de ces trouvailles ! Ainsi, la description de la voûte de la chapelle projetée ne correspond pas à la réalité actuelle, où l’on ne trouve pas de voûte « en croix » (en croisée d’ogives ?) et encore moins de « clé pendante » et « saillante », mais à la place une toute simple voûte en berceau ; la même, à vrai dire, que celle de la chapelle opposée construite en 1624. Il est vrai que la commande précisait qu’on devait se conformer au modèle de cette chapelle nord, sans doute dans un souci d’harmonie. Nous savons que les grandes restaurations de la fin du XIXe siècle n’ont pas concerné les chapelles latérales, dont seul l’enduit des voûtes a été refait, et il faut donc considérer que le programme de 1750 a été revu à la baisse. Le maçon Pierre Védrines, en revanche, a ajouté des pierres d’attente à l’extérieur de son mur, en vue de la construction d’une éventuelle autre chapelle sud, ce que ne prévoyait pas notre document.
Les enseignements de ce type de documents peuvent sembler un peu maigres. Ils le sont en effet, en regard de tout ce que l’on espérerait apprendre, mais ces « vieux papiers » donnent un peu d’humanité au passé en rappelant des noms et des titres, nous renseignent sur la sociologie villageoise, répondent à quelques questions… et en posent de nouvelles. Ils nous rappellent enfin que si les monuments s’éclairent à la lumière des archives, celles-ci doivent être parfois confrontées à la réalité des monuments pour ne pas nous égarer.

 

Deux vues du bénitier en pierre de l’église de Menet, daté de 1745 et signé « Pierre V. », « maçon ».

Un dernier point : qui était ce maçon Pierre Védrines ? Le document ne nous en dit pas grand chose, mais là encore la confrontation avec la réalité matérielle, pour peu qu’on la fréquente d’assez près, se révèle éclairante. Il existe en effet aux alentours de Saignes, à Vebret, Chastel-Marlhac, Menet, des bénitiers proches par le style et qui paraissent sortir de la même main. Le bénitier de Menet présente deux noms, celui du curé commanditaire, « P.F. Fresquet », et celui, incomplet, du maçon : « Pierre V ». Le tout est daté de 1745. Nous pouvons maintenant remplir les blancs de ce bénitier et l’attribuer à Pierre Védrines, maître maçon au village de La Grange, paroisse de Chastel-Marlhac, qui devait dans la région, au milieu du XVIIIe siècle, bénéficier d’une bonne réputation6.

 

Pierre Moulier

 

1. Pierre Moulier, Saignes, son église romane, sa chapelle castrale, Cantal Patrimoine, 2014.
2. Ibid., p. 7, n. 9.
3. La fabrique est l’organisme chargé de la gestion matérielle de l’église.
4. Les marguilliers sont les responsables de la fabrique.
5. Pierre Moulier, « La vérité sur la Vierge noire de Mauriac », Patrimoine en Haute-Auvergne, 1er semestre 2014, p. 5-23.
6. Les archives nous apprennent qu’un Pierre Védrines, du village de La Grange, épouse Jeanne Rouchy le 1er février 1734.

Article initialement publié dans La lettre de Cantal Patrimoine, n°34, septembre 2016.

Merci de citer cette référence pour tout usage de l’article.